dj.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

Devenez Homebrew Master chez Bitter & Esters

Devenez Homebrew Master chez Bitter & Esters


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Brewshop 101 à Bitter & Esters propose des cours pour vous faire brasser comme un pro en un rien de temps

Devenir brasseur amateur n'a jamais été aussi facile avec la classe 101 de brassage maison Bitter & Esters.

Vous voulez brasser de la bière à la maison, mais vous vous sentez intimidé en rassemblant l'équipement et en suivant tout le processus ? Découvrez la classe Brewshop 101 enseignée à la boutique homebrew Bitter & Esters de Prospect Heights. Le cours vous donne une expérience pratique du brassage d'une bière et vous donnera envie de vous lancer seul !

Bitter & Esters a été fondé par les brasseurs amateurs Douglas Amport et John LaPolla. En plus d'avoir une gamme de fournitures de brassage maison et d'être le seul emplacement de brassage sur site de l'État de New York, ils proposent plusieurs cours de brassage chaque semaine. Brewshop 101 vous explique les bases, décrit l'équipement nécessaire et vous fait suivre le processus de brassage vous-même. Avec une bière à la main bien sûr, nous nous sommes mis à brasser la célèbre recette de White House Honey Ale en l'honneur de la visite du président Obama à Brooklyn ce jour-là.

LaPolla vous emmène du trempage des grains à l'ajout d'extrait, de houblon, d'adjuvants potentiels (du miel pour nous) et de levure tout en expliquant le but de chaque ajout. Les techniques de refroidissement, de fermentation, de mise en bouteille et surtout d'assainissement sont également abordées en profondeur. Vous obtenez également une petite leçon d'histoire de la bière pendant le cours. John et Doug sont également de bons gars avec qui prendre une bière, et les créations de la boutique que nous avons pu essayer au cours du cours étaient toutes savoureuses. Vous obtenez également un guide pratique à emporter chez vous.

Une fois que votre infusion est soutirée pour la fermentation, vous devrez y retourner dans quatre semaines pour l'essayer. Espérons que d'ici là, vous vous préparerez vous-même et aurez quelque chose à partager lors de leur échange mensuel de bière. D'ici là, vous voudrez également consulter leurs cours avancés, comme celui où vous essayez la même bière de base brassée de 8 façons avec 8 types de houblon individuels. Ou si tout le reste échoue, rassemblez des amis et brassez dans le magasin lui-même sur leur système de 15 gallons ! Vous pouvez vous inscrire au cours via Vimbly.


Dépannage Homebrew: Identifier les Off-Aromas

Les arômes, bons et mauvais, en disent long sur la fabrication d'un homebrew. Relever le caractère de levure dans une odeur vous dira si la fermentation a été saine ou non. Un mauvais assainissement conduisant à une infection bactérienne peut être détecté sur le nez. Même la longueur et la vigueur de l'ébullition apporteront différents arômes au produit final. Être capable d'identifier les différents arômes de la bière vous aidera à améliorer votre processus et à résoudre les problèmes que vous rencontrez dans votre homebrew.

Voici quelques éléments de base à rechercher lorsque vous sentez votre bière.

Arômes de fruits

Pendant la fermentation, les levures produisent des composés d'arôme et de saveur fruités appelés esters. Ces arômes peuvent vous rappeler la banane, la fraise ou même le chewing-gum. Pour certains styles de bière, une forte production d'esters spécifiques est une marque de fabrique. Les arômes de banane d'un bon Hefeweizen allemand sont entièrement produits par la levure, même si certaines personnes insisteront pour qu'ils mélangent une Chiquita dans chaque lot. Les bières américaines ont souvent un caractère qui peut ne pas être attribuable à un fruit en particulier, mais qui est simplement décrit comme « fruité ».

Un arôme d'ester n'est pas considéré comme un caractère négatif en soi. Le problème avec les esters survient lorsqu'ils commencent à dominer le reste de la bière. Si chaque homebrew que vous préparez sent le chewing-gum à la fraise ou l'ananas fraîchement coupé, vous voudrez commencer à faire des ajustements à la partie fermentation de votre processus de brassage.

Contrôle de la température pendant les premières 48 heures de fermentation joue le plus grand rôle dans la production d'esters. En règle générale pour les levures de bière, la fermentation dans la plage de 60 °F à 63 °F produira des esters faibles tandis que la plage de 67 ° à 70 ° entraînera une production d'esters élevée. Chaque souche de levure est différente - certaines produisent naturellement plus de caractéristiques de fruits que d'autres - mais des températures de fermentation plus basses produiront toujours moins d'esters.

Arômes en plastique ou "Band-Aid"

Les phénols, dont les arômes vont de l'agréable clou de girofle au plastique désagréable, peuvent également être produits par la levure. Mais les levures produisent rarement suffisamment d'arômes phénoliques pour être écrasantes. Si un homebrew a un arôme de pansement distinct, cela est probablement causé par un infection bactérienne ou à levures sauvages. Les infections de cette nature peuvent s'accompagner d'une quantité extrême de trouble dans la bière et de bouteilles très gazeuses.

Un assainissement adéquat résoudra ce problème à chaque fois. Assurez-vous que chaque seau de fermentation ou tourie est propre avant de le désinfecter, et ne laissez rien entrer en contact avec la bière à moins qu'il ne soit nettoyé et désinfecté. Certains phénols peuvent également se former s'il y a des résidus d'eau de Javel dans la cuve de fermentation ou les bouteilles. Utilisez toujours Idophor ou Star San pour désinfecter votre équipement de brassage au lieu de l'eau de Javel.

Arômes de beurre ou de caramel au beurre

Le diacétyle, le même composé qui est utilisé pour aromatiser le pop-corn micro-ondes, est produit par la levure au début de la fermentation. Il existe certaines bières britanniques où le diacétyle est considéré comme acceptable à de faibles niveaux, mais dans la plupart des styles, il n'est pas souhaitable. Ce composé est fabriqué par la levure lorsqu'elle commence à fermenter, mais il est également réabsorbé par la levure lorsqu'elle termine son travail et entre en dormance.

Détecter les arômes et les saveurs du beurre dans les homebrews signifie que la levure n'a pas eu la possibilité de réabsorber le diacétyle qu'elle a produit. Pour résoudre ce problème, laissez la fermentation se terminer complètement avant de transférer dans une cuve de fermentation secondaire ou avant la mise en bouteille. Si vous avez fermenté à une température plus froide, telle que 60 ° F ou moins, réchauffez la bière à environ 10 ° F pendant une journée pour motiver la levure à nettoyer les composés indésirables.

Arômes de légumes cuits ou de crème de maïs

Il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles à propos de cet arôme secondaire. La mauvaise nouvelle est que personne ne veut boire un homebrew qui sent le maïs crémeux. La bonne nouvelle est que c'est une solution facile dans les futurs homebrews une fois que vous avez identifié l'odeur. Cet arôme provient d'un composé appelé Sulfure de diméthyle, abrégé DMS. On le trouve le plus souvent dans la bière de couleur claire, mais il peut également être présent dans la bière brune. Si vous faites un extrait homebrew, vous n'aurez probablement pas à vous soucier du DMS, mais c'est quelque chose dont vous devez être conscient lorsque vous passez aux recettes à base de céréales.

Les composés du moût qui créent le DMS s'évaporent très rapidement, de sorte que cet arôme peut être corrigé simplement en faire bouillir le moût plus vigoureusement. Le couvercle de votre bouilloire d'infusion doit toujours être laissé partiellement ouvert pour laisser s'échapper les composés évaporés. Si vous laissez le couvercle fermé tout au long de l'ébullition, les composés retomberont dans le moût lorsqu'il commencera à refroidir. Si vous ne parvenez pas à faire bouillir le moût plus vigoureusement en raison des limitations de votre brûleur, envisagez de faire bouillir 90 minutes au lieu de l'ébullition habituelle de 60 minutes.

Vous sentez quelque chose d'étrange dans votre homebrew ? N'hésitez pas à en parler dans les commentaires !


Devenez Homebrew Master chez Bitter & Esters - Recettes

Environ six brasseurs amateurs se sont inscrits à la session du matin (il y avait également une session de l'après-midi) pour brasser Prima Pils sur le système de brassage HERMS à trois niveaux Bitter & Esters. Vous trouverez ci-dessous des photos chronologiques de la première partie de la session de brassage.

L'idée derrière la série "Brew Like a Pro" est d'obtenir non seulement des conseils techniques détaillés d'un brasseur de bière, mais, si possible, exactement les mêmes ingrédients - le même malt et le même houblon (probablement pas le même eau, cependant). Et, si possible, ayez un représentant de la brasserie sur place pour vous aider à brasser et fournir des informations générales sur la brasserie et des informations spécifiques sur la bière brassée.

Tim, qui dirige le programme, a déclaré que l'un des objectifs est de présenter les meilleurs exemples de styles commerciaux établis par les brasseries considérées comme exceptionnelles dans le brassage de ces styles. Cela démontre également un point intéressant : les brasseurs amateurs peuvent faire des bières exceptionnelles. Vous n'avez pas à être un pro pour brasser comme un pro !

Sean of Victory a donné au groupe "L'histoire de la victoire" [podcast bonus], sur la façon dont Bill et Ron ont commencé la brasserie. Il a également parlé de Prima Pils et du style pilsner.
Podcast bonus Histoire de la victoire

Tim a déclaré qu'il était impatient d'approcher d'autres brasseries pour faire cloner leurs bières au Bitter & Esters laBREWtory, peut-être même certaines d'Europe et de Scandinavie. Gardez un œil sur leur site Web et leur page Facebook pour les mises à jour, ainsi que pour les lieux et les dates où le clone Prima Pils sera disponible.


Citra Pale Ale Détails de la recette et instructions

Taille du lot: 6 gallons
Gravité d'origine : 1.056
Gravité finale : 1.011
ABV : 5.9%
IBU : 35

11 livres 2-Rang (90%)
0,75 lb Cristal 40L (6%)
0,5 lb CaraPils (4%)

Houblon

Citra AA% = 12
Cascade % AA = 6

0,5 oz Citra (60 min)
0,5 oz Citra (15 min)
0,5 onces Cascade (15 min)
0,5 oz Citra (0 min)
0,5 oz Cascade (0 min)
0,5 oz Citra (houblon sec)
1 oz Cascade (houblon sec)

Levure

WLP001 Levure California Ale avec levain de 2 litres.

Option d'extraction :

Remplacez le 2-Row par un extrait de malt liquide léger de 8,25 lb. Ajouter la moitié de l'extrait au début et la moitié avec 15 minutes d'ébullition pour préserver la couleur plus claire de cette bière.

Traiter

Écraser à 154F. Refroidir à 66F et lever la levure. Fermenter à 68F jusqu'à ce que la fermentation s'arrête, puis transférer au houblon secondaire et sec pendant 7 jours. Carbonatez à 2,2 volumes.

Transcription vidéo: Aujourd'hui, je brasse l'un des premiers styles de bière que j'ai jamais fait ? Pale ale américaine. Que faites-vous ici? Ce n'est pas le moment de goûter. Hmm…

Je’m Martin Keen relève le défi Homebrew de brasser 99 bières en 99 semaines. Et j'ai un invité spécial. Bonjour, bienvenue Laurent. Donc normalement on se voit à la dégustation. Euh, connaissez-vous bien toute la partie brassage ?

Je ne suis pas du tout familier. Donc, je veux en quelque sorte apprendre le processus de fabrication des bières moi-même.

J'ai entendu dire que lorsque vous regardez ces vidéos, vous avancez rapidement sur toute la partie de moi en train de préparer la bière et vous vous regardez simplement en train de goûter.

Ouais, je vais à la bonne partie, comme quand je suis à l'écran. Alors…

Commençons par la bière blonde américaine, Lauren. D'accord. Qu'est-ce que c'est? Ouais, donc c'est de la poudre suspecte. Oui. Qu'est-ce que je fais avec ? Hum, jette-le dans l'eau ici. Ouais. D'accord. Et puis il suffit de le rincer pour qu'on puisse y entrer, comme le mettre dedans. Ouais. D'accord.

Donc, ce que nous faisons ici, c'est simplement équilibrer l'eau avec des sels. Il fait chaud, il fait chaud, il fait 158 ​​degrés Fahrenheit. Nous obtenons donc l'eau de brassage assez chaude pour la purée, les sels d'eau que nous avons ajoutés simplement pour équilibrer l'eau.

Nous avons ajouté du sel d'epsum, du gypse et du chlorure de calcium. De plus, nous aurons également besoin d'acide lactique pour faire baisser le pH. Donc, si vous pouviez avoir la gentillesse d'ajouter trois millilitres d'acide lactique.

Je suis donc à mi-chemin de mon défi Homebrew. Maintenant, j'ai fait un peu plus de 50 bières et j'ai pensé que ce serait une bonne occasion de parler de certaines de nos préférées. Droite.

Donc, si vous essayez de penser, eh bien, quel style de bière devrais-je brasser ? Il y a beaucoup de choix maintenant. Euh, alors peut-être que nous pouvons vous donner des conseils sur ce que devrait être votre prochaine bière.

Jusqu'à présent. Je dois dire que mon light préféré était celui que nous venons de faire l'IPA brumeux de la Nouvelle-Angleterre. Euh, j'ai aimé celui-là. C'est plus à mon niveau de goût. Comme si j'aimais le genre de houblonnage. Euh, ce n'était pas trop accablant. Euh, j'ai aimé la brume juste parce que c'est différent aussi. Donc je pense que c'était définitivement mon light préféré. Oui.

J'ai beaucoup apprécié les lagers allemandes que nous avons faites. Euh, et il y en avait beaucoup, mais je pense que ma bière préférée jusqu'à présent a été la Festbier allemande.

Donc, euh, quand vous pensez à l'Oktoberfest, vous pensez probablement à Marzen, c'est une sorte de bière blonde à forte consommation d'orange foncé. Euh, mais en fait, la plupart des festivals d'octobre servent du Festbier, qui en est une version beaucoup plus légère. Et je ne suis pas sûr de l'avoir essayé et c'était délicieux.

Oui, je pense que j'ai été malheureux de ne pas avoir pu essayer celui-ci, mais j'en ai entendu tellement de bien. Et donc peut-être que vous aurez besoin de le refaire un jour.

Yeah Yeah. Je serais heureux de le refaire à coup sûr. Très bien. Alors allons, euh, allons faire de la bière. D'accord.

Je parlerai un peu de ce qu'il y a dans ce sac de grains moulus dans un instant, mais ajoutons-le.

D'accord. Juste le tout. Jetez-le dedans. On dirait de la nourriture pour animaux. Très bien. Donc, il n'y a pas de purée réelle. Je pensais que c'était comme de la purée, comme de la purée de pommes de terre ?

Ah, eh bien, c'est une bonne idée de donner un coup de fouet à la purée. C'est un fouet, un fouet, pas une purée, un fouet. Alors tu prends ça.

Et c'était juste pour s'assurer qu'il n'y avait pas de grumeaux. S'il y en a, si tout est en boules, alors il ne sera pas très efficace de faire passer l'eau à travers. Je t'ai eu. Droite. Oui. Ça à l'air bon. Tu as écrasé, j'ai fouetté.

Eh bien, je fouette, alors que signifient ces chiffres ?

Ou cette fois que je’m voici la température dans la purée. J'ai un thermomètre ici. C'est, c'est mesurer ça. Et puis c'est la température à laquelle nous voulons l'amener. Donc, pour allumer le chauffage, nous voulons le chauffer jusqu'à 152F. D'accord. C'est cool.

Nous écrasons à 152 degrés Fahrenheit. D'accord.

Et les bières brunes ? Je dois vous dire que ma bière brune préférée jusqu'à présent doit être l'Irish Stout. Et c'est de toute façon l'un de mes styles préférés, mais celui-ci, celui-ci était intéressant car pour la première fois je ne l'ai pas servi sur nitro. Je le sers juste au CO2.

Euh, et pourtant j'ai toujours exactement ce que je veux d'une Irish Stout sèche. Cela ressemble beaucoup à une sensation en bouche de Guinness. Euh, absolument délicieux.

J'ai pris beaucoup d'affection pour le stout à l'avoine. Euh, j'ai été super surpris par le goût de celui-ci. Le goût léger qu'il avait, n'est pas un grand fan de bières brunes. Je pense qu'ils sont trop lourds, mais celui-là était juste au-dessus de tous ceux que nous avons essayés.

Vous pourriez penser que la pale ale américaine est une version moins houblonnée d'une IPA. Mais ce style a en fait ses origines de la pale ale anglaise.

Et tandis que la pale ale anglaise met l'accent sur les tons terreux et floraux, la pale ale américaine se concentre davantage sur les agrumes et les fruits.

Maintenant, je vais construire une bière ici avec une gravité d'origine de 10 54, ce qui donne environ 5% de bière et le grain pour celle-ci est assez simple. Je vais donc commencer avec des douves à 2 rangs et cela va représenter 81% de mon grain à cela, pour ajouter un peu de douceur de vannerie, je vais ajouter 9% de caramel 20.

Je vais également ajouter 5% chacun de malt de victoire et de Cara Pils.

Très bien, j'en ai un autre pour toi. Nous avons fait une tonne de bières britanniques et compte tenu de notre héritage, nous devrions choisir une préférée.

Mon préféré était la bière rouge irlandaise. C'était une jolie bière. Oui. Euh, ça a l'air super. C'était bon. Ce n'était pas trop puissant. C'était un peu malté, un peu biscotté et c'était très doux. Alors c'est définitivement, oui, c'est définitivement mon préféré.

Ouais, c'était vraiment sympa. Mon préféré, euh, a été le meilleur amer. Donc, en général, j'aime les meilleurs amers de toute façon, mais découvrons en quelque sorte que j'aime vraiment, vraiment le meilleur amer quand il y a un peu de malt au chocolat pâle ajouté, ce qui est quelque chose que Ringwoods a le mieux, qui est mon père & Le style de bière préféré de #8217.

J'ai donc décidé de l'intégrer dans le meilleur mieux que nous avons fait. Et ce n'est que, je pense, 2% des ingrédients, mais ça fait toute la différence.

Ainsi, la purée se fait juste en s'égouttant. Maintenant, je porte à ébullition Lauren. Et quand on porte à ébullition, savez-vous ce qui se passe ensuite ?

C'est du houblon ? Ça sautille. Il saute. Oui!

Donc, avec cet ours, nous allons obtenir un IBU d'environ 40. Donc relativement houblonné pour ce type de gravité. Euh, mais pas, pas trop, trop par-dessus bord. Euh, je vais ajouter comme mon saut amer, saut de guerrier à 10 minutes de la fin, je vais répéter à nouveau un guerrier.

Je vais ajouter un peu plus de guerrier et avec Amarilla et cascade, puis, euh, à l'extinction, Amarillo et cascade reviendront dans une troisième fois. Très bien.

Alors sortons le panier à grains. D'accord. Et ajoutez du houblon. Pardon. C'était beaucoup de mots. D'accord. Alors sur le houblon ?

Nous avons fait beaucoup de styles de bière qui ne sont pas ceux que vous buvez tous les jours. Euh, et je pense que nous avons tous les deux goûté des bières dont nous n'avions jamais entendu parler auparavant. Droite? Oui. Alors, quel est votre meilleur style préféré dont vous n'avez jamais entendu parler ?

Euh, donc ma préférée était probablement la bière pétillante australienne. Euh, non seulement c'était une expérience amusante à boire dans votre fermzilla. Euh, c'était aussi très bon. Je me souviens avoir dit que c'était une boisson très estivale. C'était parfait pour être dehors et il faisait chaud et c'était, ouais, mon préféré.

Un. Est-ce celui où nous avons fait les superbes accents australiens ? Correct.

Alors et toi? Quel était le meilleur, tout ce dont vous n'avez jamais entendu parler ?

Helles Bock s'est avéré être mon style de bière préféré, ce qui est particulièrement intéressant car lorsque je l'ai goûtée avec Brian, je ne l'aimais pas, mais cette bière a vieilli un peu.

Et j'y suis revenu quand il avait environ deux mois et il s'est vraiment développé, et cela montre simplement que même si la bière ne sort pas exactement comme vous l'espériez, cela ferait au départ certaines de ces bières, en particulier ceux à haute gravité, avec un peu d'âge, vraiment, vraiment.

C'est quelques heures plus tard. L'ébullition était maintenant terminée. J'ai refroidi, transféré dans ce fermenteur et, euh, j'ai dû le mettre dans mon congélateur coffre, euh, pendant quelques heures juste pour le ramener à la température de lancement de la levure à 68 degrés Fahrenheit. Mais maintenant, nous sommes prêts à ajouter la levure dans le fermenteur.

Nous sommes dans la bière. C'est un travail assoiffé.

Maintenant, j'ai une autre question pour toi Lauren. Oui. Nous avons donc ajouté de l'eau jusqu'à présent. D'accord. Malt. Ouais. Et du houblon. D'accord. Il y a une chose que nous devons encore ajouter pour faire de la bière.

De la levure, c'est de la levure. Donc, ce que j'ai ici, c'est une entrée que j'ai faite plus tôt. Il s'agit de la Wyeast 1332 Northwest ale. C'est une levure qui va vraiment accentuer le profil malté et le profil fruité de toute bière à laquelle vous l'ajoutez, ce qui est exactement les deux choses que nous voulons promouvoir dans cette bière, compte tenu de la facture de malt et compte tenu du programme de houblon.

Alors voudriez-vous l'honneur de, euh, donner à la levure de la nourriture, de la levure de la nourriture ? Cela signifie que le verser dans la levure va manger les sucres. D'accord. Sûr. Ici.

Merci, Lauren, d'avoir brassé avec moi aujourd'hui. Maintenant, vous allez devoir regarder toute la vidéo.

Nous allons donner à celui-ci quelques semaines à 68 degrés Fahrenheit et voir comment cela se passe lors de la dégustation.

Alors, êtes-vous excité d'essayer une bière que vous avez brassée? Je suis vraiment excité. Oui. Alors jetez un œil à, euh, la bière blonde américaine. Qu'en penses-tu?

Euh, c'est très clair, de couleur dorée, euh, ce que je m'attendais à ce qu'il soit, euh, très pétillant. Je l'ai remarqué en le versant. Euh, ouais, je vais lui donner une bonne quantité de carbonatation. J'aime ces bières pétillantes. Oui. Euh, la tête dessus quand je l'ai versé pour la première fois, c'était très, c'est aussi une tête légère dessus. Ça n'a pas duré trop longtemps, mais ça a l'air super.

D'accord. Pour sentir un peu de houblon fruité. Oui. Alors c'est l'Amarillo, la cascade, euh, qui passe, je pense.

Essayons. D'accord. J'avais vraiment hâte d'essayer cette bière. J'aime le style de la pale ale américaine parce qu'elle a une fraîcheur houblonnée sans être trop excessive et trop amère. Et il a un peu, euh, un caractère de malt anglais. Quand je pense que c'est bien fait, c'est toutes ces choses pour moi. Ceci est exactement ce que je cherchais.

Je suis d'accord. Euh, j'aime l'APA, je pense que c'est comme le plus jeune frère d'un IPA. Il a toutes les caractéristiques, mais il est un peu plus léger et goûteux, euh, et pas aussi puissant. Euh, tout est définitivement là-dedans. C'est vraiment bien.

Maintenant, pas pour me vanter, mais je pense que ça pourrait être vraiment bien parce que j'y ai mis la main.

Nous avons beaucoup parlé de nos bières préférées dans cet épisode. Euh, quelle est votre bière la moins préférée jusqu'à présent ?

Donc, il n'y en a pas eu autant que je n'aimais pas vraiment, ou dont je n'étais pas fan. Euh, mais je dois dire que le plus haut là-haut serait le Wee heavy. Euh, je n'étais juste pas fan de ce style. C'était un peu trop doux et autoritaire pour moi. Un peu m'a rappelé Brandy.

Oui. Je dirais avec, petit lourd, donnez-lui une chance, comme réessayez dans six mois. Donc c'est, c'est en fait sous le, le mur ici, euh, vieillissant. Alors oui, ce n'était définitivement pas bon quand nous l'avons essayé.

Oui, non, je réessayerais. Euh, vous avez souvent dit vieillir, beaucoup de gens ont dit que le vieillissement s'améliore avec le temps et qu'il n'a pas eu le temps de mûrir, alors je vais réessayer. D'accord. Qu'en est-il du vôtre le moins préféré ?

Eh bien, c'est familier. C'est facile. C'est cette putain de bière qui fume. Cette fumée, mais euh, je veux dire, c'est totalement de ma faute. Je suis allé trop loin. J'ai mis beaucoup, beaucoup trop de malt fumé dans, euh, pour le style et c'est juste devenu cette bombe fumigène et complètement écrasante.

C'est de toutes les bières que j'ai faites, c'est bien, vous savez, parfois vous, vous buvez une gorgée de bière et comme, je ne pense pas que j'ai vraiment aimé ça. Et puis, vous savez, vous descendez un peu plus loin dans le verre et c'est tout. Tout va bien. Tout va bien. C'est la seule bière, la bière fumée, dont je ne pouvais pas finir un seul verre.

Ceci, parce qu'il y avait trop de trucs de fumée. Comme je me suis plaint à plusieurs reprises auprès de lui, comme je veux la, refaire la bière avec moins de fumée, histoire de voir quel goût elle doit avoir.

Je vais en avoir un entier pour ma bière de bain moussant. C'est comme, je ne peux pas attendre.


Salle commune amère forte ESB

Montant Type d'article % ou IBU
10,00 lb UK Pale Malt (2 rangs) UK (1,4 SRM) Grain 90,91 %
0,75 lb UK Medium Crystal 50-65L (56,5 SRM) Grain 6,82 %
0,25 lb UK Dark Crystal 135-165L (150,0 SRM) Grain 2,27 %
1,50 oz Goldings, East Kent [5,50 %] (60 min) (premier moût de houblon) Houblon 30,4 IBU
0,25 oz Fuggles [4,00 %] (20 min) Houblon 2,0 IBU
0,25 oz Goldings, East Kent [5,50 %] (20 min) Houblon 2,8 IBU
0,25 oz Fuggles [4,00 %] (0 min) Houblon -
0,25 oz Goldings, East Kent [5,50 %] (0 min) Houblon -
1 paquet SafAle English Ale (DCL Yeast # S-04) Levure-Ale

Est la gravité d'origine : 1.054 SG
Gravité d'origine mesurée : 1,054 SG
Gravité finale est : 1,014 SG Gravité finale mesurée : 1,014 SG
Alcool estimé par vol : 5,17 % Alcool réel par vol : 5,21 %
Amertume : 35,3 IBU Calories : 241 cal/pinte
Est Couleur: 10.4 SRM Couleur: Couleur


Infusion unique, corps moyen, pulvérisation par lots Durée de l'étape Nom Description Étape Temp
60 min Mash In Ajouter 13,75 qt d'eau à 173,3 F 154,0 F
10 min Mash Out Ajouter 8,00 pintes d'eau à 198,3 F 168,0 F
Arrosez avec suffisamment d'eau pour obtenir le volume d'ébullition souhaité.


Cette bière a été formulée dans le but de recréer un ESB très traditionnel avec des ingrédients britanniques authentiques. Garder la facture du grain aussi simple que possible et équilibrer le malt et le houblon a produit une bière anglaise authentique et facile à préparer.

Son nom vient du fait que je peux facilement imaginer une bière très similaire à celle-ci bue dans de grandes chopes dans la salle commune des auberges par des voyageurs fatigués dans votre roman fantastique préféré. Que ce soit en buvant un poulet rôti ou en le dégustant seul avec des amis, j'espère que vous ressentirez les mêmes sentiments en buvant cette bière.


Comment brasser l'Altbier | Défi Homebrew

Ce n'est un secret pour personne que les Allemands adorent leur bière. Si vous deviez entrer dans un établissement local à Düsseldorf, en Allemagne, et dire « donnez-moi une bière », vous recevriez en effet un Altbier.

Les Allemands consomment des Altbiers depuis environ 3 000 ans.

Il est fait de malts clairs et de malts cristallins plus foncés. Elle est brassée comme une bière, mais elle a le goût net d'une lager, donc ce sera une bière intéressante à préparer. Maintenant, j'ai ici l'eau que j'utilise. Cela se compose de neuf livres de malt pilsner allemand, puis d'une livre de Munich 10, qui constituent les malts de base. Ensuite, pour les malts de spécialité, j'ai quatre onces de CaraMunich I, puis du malt au chocolat pour la couleur.

Écraser ici à 152 degrés Fahrenheit pendant environ 60 minutes en cherchant à atteindre une gravité avant ébullition de 10 44

Donc, la journée de brassage d'aujourd'hui a commencé à 5h30 du matin, nous brassons où nous le pouvons, n'est-ce pas ? Heureusement, j'ai un peu de café nitro infusé à froid ici pour me réveiller. Cue le montage d'effet en cascade nitro gratuit. Tellement lisse….

Maintenant, l'une de mes choses préférées à propos de la publication de vidéos est que j'ai brassé chacune de ces bières, ce sont les commentaires que j'ai reçus dans la section des commentaires. J'ai appris toutes sortes de choses.

D'accord. Tout le monde n'est pas gagnant, mais j'ai appris beaucoup de trucs et astuces dans ces commentaires. Prenez par exemple ma vidéo sur l'emballage en fûts. Je cherchais un moyen de mieux faire cela pour réduire l'oxydation du côté froid.

Si vous effectuez des transferts sous pression, j'aimerais savoir comment vous le faites. Eh bien, j'ai eu une tonne de bons commentaires à ce sujet. Essayons maintenant une de ces idées.

Donc, fondamentalement, le problème ici est que j'ai ce fermenteur et il est plein de bière et de CO2, et je mets cette bière dans ce fût et ce fût n'est rempli que d'air. Et ce que je cherchais, c'est une solution qui éliminerait l'air et garantirait simplement que lorsque je transfère de ce navire à celui-ci, la seule chose qui transfère est la bière et le CO2. Voici maintenant les outils que je vais utiliser pour ce faire.

Alors tout d'abord, je vais remplir un fût jusqu'au sommet avec de l'eau et de l'étoile, puis je vais pomper l'eau de ce fût dans un deuxième fût en utilisant du CO2. Donc pour ce faire, j'ai ce bout de tube ici. Je vais mettre un connecteur de sortie de liquide à chaque extrémité.

Et c'est ainsi que je vais faire passer l'eau d'un gâteau à l'autre. J'ai donc réglé mon régulateur de CO2 à seulement quelques PSI de pression et cela est connecté à mon fût, qui est plein d'étoiles. Et puis en venant de l'avant-poste ici, nous avons ceci connecté à un deuxième fût et l'eau est maintenant transférée par ici.

Et puis, pendant que je pompais l'eau dans l'air qui se trouve à l'origine dans ce fût, doit sortir. J'ai donc un connecteur de gaz ici sur ce poste de gaz juste pour laisser sortir l'air. Donc, cela se remplit maintenant de CO2 et draine l'eau et l'étoile san. Et ça se remplit avec l'eau de ce fût.

D'accord, je suppose que c'est fait alors. D'accord, donc ce que ça m'a laissé, c'est un fût plein de CO2. Maintenant que je commence à pomper de la bière dans ce fût, le CO2 qui s'y trouve doit aller quelque part et je vais le renvoyer dans le fermenteur.

Et je vais le faire en utilisant ce petit tube en silicone ici. Et ce tube va rentrer dans le haut de mon seau d'infusion. Et ce côté va se connecter à l'avant-poste de gaz sur mon fût. Alors je vis ça. Donc ce fût est maintenant complètement vide de liquide. Il est juste plein d'un peu de CO2 sous une légère pression. Alors maintenant, je vais connecter le fermenteur à l'avant-poste ici, puis le poste de gaz va se connecter ici et je vais le remettre dans le seau, puis faire couler la bière.

Alors maintenant, la bière s'écoule du seau d'infusion à travers ce tube ici dans le fût. Lorsque la bière entre dans le fût, le CO2 est déplacé, le CO2 sort de ce poste de gaz et retourne dans le seau d'infusion. Nous avons un système fermé ici. Maintenant, je n'ai aucun moyen réel de vérifier si cela a fonctionné ou non, à part juste pour vérifier le goût et la durée de conservation de la bière au fil du temps. Mais il est logique pour moi que cela réduise la quantité d'oxygène qui pénètre dans mon fût.

Et merci beaucoup à tous ceux qui ont laissé un commentaire dans ce sens. C'est la méthode que je vais utiliser à l'avenir maintenant. Retour à l'Altbier…

Pour le houblon, n'importe quel type de houblon propre et amer fera l'affaire. J'utilise du houblon Perle. J'en ai 1,75 onces pour obtenir un IBU de 37. Ensuite, avec 15 minutes, je vais ajouter 0,75 onces de houblon Tettnag. Il est temps que la perle entre maintenant.

Les bières sortent avec une gravité d'origine de 10 52, ce que je recherche. Nous allons utiliser de la levure de bière, mais une sorte de fermentation plus proche des températures de la bière blonde. J'ai donc ici WLPO29 qui est de la levure de bière allemande, et je vais la faire fermenter à 60 degrés Fahrenheit. D'accord, c'est tout. 8h45 pour le petit déjeuner.

C'est l'heure de la dégustation. Je suis ici avec Brian. Brian, bienvenue. Merci. Donc, les notes rapides sur cet ours, il s'agit d'une bière à 5,6%. La gravité finale était de 10 09.

Maintenant, Brian, vous êtes également un brasseur amateur et vous avez mentionné que vous aviez déjà prouvé ce style auparavant. Oui, ce n'est pas une vraie bière houblonnée. Je pense qu'il y a un peu de douceur. Beau corps maltais. Voyez si, si cette bière correspond à toutes ces caractéristiques.

D'accord. Donc voilà. Alors tout d'abord, jetons un coup d'œil à la couleur. Que pensez-vous de la, de la couleur pour celle-ci ? C'est une belle, euh, une sorte de, euh, couleur rouge ambrée. Oui. D'accord.

Euh, et l'arôme ? Euh, malti un peu de douceur. Oui. Espérons que ce soit au point. Alors ça, ça donne un avant-goût et voyez si cela correspond à vos caractéristiques malti et sucrées pour ce style de bière.

Acclamations. C'est très bien. Semblable à la, l'arôme malti, juste un peu de douceur à elle. Alors vous en avez entendu quelques-uns, c'est un style que vous appréciez ? Peut-être un ou deux.

C'était celui que je, je pense avoir eu chez un ami et je l'ai aimé, alors j'ai pensé, Oh, je vais essayer de brasser ça. D'accord, eh bien, je suis content que vous ayez apprécié la bière et oui. Acclamations. Ouais. Merci de m'avoir invité.


Utilisez la barre de recherche en haut à gauche de cette page pour rechercher les sujets qui vous intéressent,
ou cliquez sur l'un des boutons de navigation en haut de la page pour parcourir le site.

Médailles du Masters Championship of Amateur Brewing

Homebrewing est un passe-temps qui commence comme une chose amusante à essayer, mais devient rapidement un mode de vie dévorant. C'est pourquoi j'ai écrit ce site. Je voulais apprendre tout ce que je pouvais sur le brassage de la bière et de l'hydromel à la maison et devenir un maître brasseur.

Dans le processus de construction du site et de préparation de nombreuses recettes homebrew, je sens maintenant que je peux préparer n'importe quoi et contrôler le résultat. Je peux préparer une recette, l'envoyer à un concours, prendre les feuilles de pointage avec les commentaires du juge et modifier la recette pour faire une meilleure bière la prochaine fois. Vous n'arrêtez jamais d'apprendre et vous apprendrez quelque chose à chaque fois que vous brassez.

De nombreuses expériences de homebew doivent encore être effectuées par des homebrewers pour répondre à certaines des questions que nous nous posons tous, et à certaines auxquelles nous n'avons pas encore pensé. Si vous aimez la bonne bière, alors bienvenue dans le hobby. La plupart des brasseurs professionnels ont commencé comme brasseurs amateurs et vivent maintenant leur rêve, brasser de la bonne bière pour gagner leur vie.

Donc, quels que soient vos objectifs, j'espère que vous apprécierez le homebrewing autant que moi et j'espère que vous trouverez Winning-Homebrew un outil utile auquel vous reviendrez maintes et maintes fois avec vos questions et commentaires sur le brassage maison.

Veuillez partager les informations de ce site Web sur vos plateformes de médias sociaux préférées (cela aide Winning-Homebrew à obtenir « Google Juice » et à se classer plus haut dans les recherches). Vous pouvez également utiliser les boutons de partage sur le côté gauche.

Acclamations! Si vous avez besoin d'un peu d'inspiration sur le homebrewing, regardez cette vidéo…


Esters in Beer Brewing

Esters in home brew beer can be both a blessing and a curse. Ester (a fruity flavor) can be highly desirable in many English ales or Bavarian Weizen, but can also be a curse in other styles like lager. This week we take a look at esters in beer and what you can do about it.

What are Esters?

Esters are a fruity flavor produced during fermentation that can vary in taste and aroma between pears, roses, bananas or other light fruits. In very high concentration it can create a solvent-like flavor.

Esters are formed in beer by the “esterification” of ethanol which is the primary alcohol in beer. Ethanol combines with fatty acids and a molecule called acetyl coenzyme (ACOA) forming ethyl acetate. Ethyl acetate’s flavor varies from a light pear-like character to solvent-like in high concentrations.

Other alcohols present in the beer may also combine to produce additional esters. For example isoamyl alcohol will combine and produce isoamyl acetate which tastes like bananas in low concentration. This ester is the distinct banana flavor that is the defining characteristic of Bavarian Hefeweizen.

Are Esters Bad?

Different styles require different levels of esters. For example, esters are highly undesirable for most lagers, so you would want to minimized ester production when brewing a lager. Esters are a feature of many English ales and as noted above in Weizen/Hefeweizen.

Choosing a Yeast Strain

The production of esters is primarily driven by the yeast used. Yeasts have an enzyme called acetate transferase (AAT) which drives the production of esters. A low AAT yeast will produce far fewer esters, so choosing a yeast that is appropriate to the style you are brewing is the #1 way to control ester production and make sure it is appropriate for your beer.

Fermentation Temperature

A second way to control ester production is by controlling the fermentation temperature. Higher temperatures in fermentation result in rapid yeast growth, more AAT and more ester production. This is why, in general, ale yeast produces more ester than lager yeast. So if you are brewing an estery English ale you might want to target the high end of the yeast’s fermentation temperature.

If you are brewing a style such as lager where you want few esters, be sure to ferment at appropriate lager temperatures. One common beginner mistake is to attempt fermentation of a lager at room temperature which will result in a fruity lager – not what you were shooting for at all.

Yeast Pitch Rate and Esters

A third way to control ester production is by varying your pitch rate. If you under-pitch yeast (i.e. don’t pitch enough yeast for your volume of wort) the yeast will reproduce rapidly during the short lag phase. Rapidly reproducing yeast enhances AAT production and subsequently produces more esters in the finished beer. This is another common problem for beginners who often brew with no starter and get fruity esters in their lagers. Pitching enough yeast (or even overpitching) will result in less ester production.

Oxygenation of Wort and Esters

Finally you can reduce esters by properly oxiginating your wort. During the growth phase, the yeast will actually consume ACOA (above) which is a precursor of ester production to reproduce. However this only continues until the yeast run out of oxygen. So if you properly oxygenate your wort it will reduce overall ester production. Conversely if you under-oxygenate your wort it will actually enhance ester production in the finished beer.

I hope you enjoyed this week’s article on esters and homebrewing. Please subscribe to my newsletter for a weekly article on homebrewing.


Anyone else overwelmed by the amount of hops in IPAs and NEIPAs?

Whenever I buy an IPA or NEIPA, especially NEIPA, all I can taste and smell is the absurd amounts of hops. the bitterness is just too much. Maybe I can smell something fruity, but the taste is just a bitter attack on my tongue. i know these beers are supposed to be heavily hopped, but to me they are hopped far beyond what I can appreciate.

The good thing about being a home brewer is that I can brew beer I think I'll enjoy.

Does anyone else find NEIPAs and some IPAs unpleasant? Maybe I've been drinking some bad examples, because I can't understand how someone can find these beers drinkable. If you like them, good for you, I'm not saying you are wrong and I am right.

Erik the Anglophile

Membre bien connu

Toxxyc

New and loving it

NEIPAs aren't bitter, they're hoppy. Big difference. IPAs typically are bitter because the hops are boiled and the alpha acids in the hops are isomerized into the bitter compounds we taste. NEIPAs use a lot of very late and dry hopping to deliver the hops' flavour, into the beer, but the alpha acids aren't isomerized into bittering compounds.

Yes, NEIPAs can be bitter, but they generally are not. I prefer my IPAs bitter (high IBU) and my NEIPAs not bitter (low IBU). Very fruity and very juicy though.

EDIT: Regarding your question - I find the hops overwhelming, yes. Not from a taste perspective, but from it's cost.

Jag75

Membre de soutien

Brewswithshoes

Membre de soutien

I was homebrewing for about 2 years before i really even started liking IPAs. I was introduced to NEIPAs by a friend on a trip @ Treehouse which are good, but too me sometimes push too far with the overpowering late additions/dry hops.

I really enjoy both styles of bitter IPAs & juicy NEIPAs, but do agree that many breweries have been pushing beyond the limit of enjoyable balance in both styles.

I think it was Vinnie @ Russian River that coined the coined the lupulin threshold shift term. It seems like the amounts just keep going up and become the entire focus of the beer. (also, i may be in the minority but am one that likes a west coast IPA but don't care for Pliny)

You are correct though in being able to dial in to your liking with homebrewing is AWESOME. I've maxed out my NEIPAs at about 10oz per 5G batch and feel i could go head to head with many breweries offerings. I've tried as high as 18oz per 5G batch, and exactly what you said "everything else gets lost" and it tasted like a giant hop bomb mess.

ChiknNutz

Membre de soutien

Barberousse

Beauty is in the eye of the beerholder

Erik the Anglophile

Membre bien connu

Barberousse

Beauty is in the eye of the beerholder

Reminds me of the double down from KFC. Too much is just like not enough.But people are buying it, so I can only watch the show from afar.

OG-wan Kenobi

Arcane Artisanal Ales

Anyone else overwelmed by the amount of hops in IPAs and NEIPAs?

Kiwipen

Membre bien connu

Erik the Anglophile

Membre bien connu

Dr_Jeff

Membre bien connu

Bailey mountain brewer

Membre de soutien

OG-wan Kenobi

Arcane Artisanal Ales

CascadesBrewer

Membre de soutien

I will add that flavors/compounds do register different to different people. Beers that I find to have a mid-level of bitterness, my girlfriend thinks are way over the top. She hates "IPAs" has learned that she loves NEIPAs. I enjoy the style myself, but she gravitates to the 9% ones that are saturated with hops. I tend to pick up a strong astringency once the dry hop level gets to high, where she says she does not notice any astringency in these beers.

At least to me, bitterness and astringency have some similar character but differences. Bitterness tends to sit toward the back of my tongue and build through the aftertaste. The hop astringency hits early and right up front on the tongue and fades. To me that astringency is a sign of a bad example or one that is too young. but maybe that is just my preference.

Snuffy

Airlock Sniffer

Hotbeer

Opinionated Newb

I thought absurd amounts of hops was one of the things that made an IPA and IPA.

Took me awhile to get used to them, but now very hoppy beer is my preference. Though I'll sneeze once or twice while drinking them.

Bailey mountain brewer

Membre de soutien

NSMikeD

Membre bien connu

I don’t consider west coast and NEIPAs IPAs. I think it’s either lazy nomenclature or limitations from the existing “official” beer styles. That doesn’t mean I don’t like what the brewers of those beers are doing. In fact I love it. I just don’t think of IPA when I drink them other that a nod to their origins. They are what they are and it’s wonderful. Fwiw IMO pure ibus doesn’t equate to good beer. I’ve sample more than I care in so called IPAs that lacked balance, flavor and complexity going for high IBUs.

Man do I love the bitter grapefruit of cascade in an ale for example. I’ve always said if Sierra Nevada came out now it would likely have the I added to Pale Ale. In any case that’s pushed the hop growers to coax different flavors and aromas out of hops (not to mention how different yeasts interacts with them) making for far more interesting options for beer lovers. And the idea of the NEIPAs taking the best of two worlds,- the flavor and aroma foreward of late addition hops from their west coast cousins and the malt and cream on the palette from their English ancestors - is pure genius IMO.

The only way to know where the line is, is to cross it. That happens all too often in brewing as pushing the envelop gets you noticed in a very crowded field.

To the OP, I appreciate that taste is a very personal thing and understand where you are coming from. Could it be a lot of meh and bad brews slapping the IPA on the label? I think it’s happens more than we care to admit. Could pushing hops offend your taste buds? Likely and that’s reasonable. Its great that homebrew lets you make what you like and it’s also great that there is so much variety out there that are outstanding brewers who do wonderful things with hops that the odds added you find what you like. Just gotta keep sampling IMO

Fwiw, I am pretty much a hop head, but every year I challenge myself to brew a kolsh and love the other end of brewing where malt is featured with a delicate hand on the hops to perfectly balance the beer in a tapestry of subtle.


Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Sweet stout and milk stouts are increasingly popular beers that form a counterpoint to Dry Irish Stouts. This week we take a look at the history of Sweet Stout, how to brew it and recipes for making it.

History of Sweet and Milk Stout

Milk Stout (also called Cream or Sweet Stout) traces its origins back to Porters. Strong Porters which were widely popular in the 1700’s were often labeled as Stout Porter. Eventually the Porter name was dropped in the 1800’s to become simply Stout. A number of variations of stout emerged. Dry Irish stouts (like Guinness) pushed the limits of using heavily roasted malts to create a dry coffee-like flavor. Other stout variations such as Russian Imperial Stout pushed the limits on the malty or sweet end. Still others, like Oatmeal stout pushed in other directions.

Milk stout and Sweet stouts push the sweet end of the spectrum by using lactose – which is unfermentable. The iconic example of milk stout, Makeson’s stout, was first brewed in 1801 in the Southern United Kingdom. Milk stouts were widely marketed in the 1800’s as nutritious – even to nursing mothers. After World War II, the UK outlawed the use of the word and imagery for milk in association with beer, so many modern examples are labeled as Sweet stouts.

The Sweet Stout Style

Sweet stouts use dark roasted malts to create the dominant flavor which is a malty, dark, roasted chocolate character. Like Dry Irish Stout, they may have roast coffee-like flavors. Unlike Dry Stout, Sweet stouts have a medium to high sweetness (malt or lactose) that provides a counterpoint to the bitterness of hops and roast malt. Some (though not all) sweet stouts include lactose, an unfermentable sugar that enhances sweetness and body.

These stouts are full bodied and creamy, and have low levels of carbonation. Original gravity starts at 1.044-1.060 and finishes at 1.012-1.024 for a 4-6% alcohol by volume. Many English examples use a relatively low starting gravity, while US examples tend to be brewed at a higher starting gravity. They have low to medium esters and little to no diacytl.

They are moderatly hopped at 20-40 IBUs for a bitterness ratio of around 0.6. The hops should balance the malt, but hops is not a major flavor in this style. The color should be dark brown to black (30-40 SRM).

Brewing a Sweet Stout

Sweet stouts start with an English Pale Malt base which makes up 60-80% of the grain bill. To that, we add a mix of crystal/caramel malts (roughly 10-15%), and chocolate, black and roasted malts (10% or more in total) to provide color and flavor. Corn, treacle, wheat or other off-beat malts are sometimes (though rarely) used.

For a true milk stout, lactose is often added. Since Lactose is unfermentable it provides a distinctive sweetness as well as body for the finished beer.

Sweet stouts traditionally use Southern English ale yeast as this is where the beer was originally brewed. A relatively low attenuation English ale yeast with moderate esters such as White Labs WLP002 or Wyeast 1092 would be appropriate.

English hop varieties such as Fuggles, East Kent Goldings, or Columbia are appropriate, though many US variations also use popular American hops. The hops should primarily be added as bitterness hops since hop aroma and flavor is not dominant. Hops should balance the sweetness of the beer.

Mashing an all grain sweet stout should be done at the higher end of the temperature range to enhance body and residual sweetness. I will typically mash this style in the 153-156 F range. Fermentation is done at normal ale temperatures and the beer is conditioned as any other English Porter or Stout.

Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Here are some recipes from the BeerSmith recipe archive:

Thank you for joining me on the BeerSmith Blog. Please be sure to subscribe to my newsletter to get an article delivered to your inbox every week.


Voir la vidéo: The Brewed Palate Presents: Bitter u0026 Esters Homebrew Shop


Commentaires:

  1. Donnie

    Pourquoi y a-t-il si peu de commentaires sur une si bonne publication? :)

  2. Laibrook

    Merci beaucoup pour votre aide sur cette question, maintenant je le saurai.

  3. Jerod

    Désolé de vous interrompre.

  4. Helki

    Ce que je n'ai pas dit.

  5. Tygom

    Il y a d'autres inconvénients

  6. Brehus

    Pièce plutôt amusante

  7. Terrill

    Dans ce quelque chose est. Je suis d'accord avec vous, merci pour l'aide dans cette question. Comme toujours, tout est simplement génial.



Écrire un message