dj.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

Pourquoi les sels de spécialité valent votre diaporama de sel

Pourquoi les sels de spécialité valent votre diaporama de sel


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le dernier ingrédient de la liste devient la star de la recette

Pensez Stock

Cette recette donne une touche italienne à un classique américain. Porc et du boeuf les hamburgers sont assaisonnés de basilic, d'origan et d'un mélange d'épices à l'ail, puis garnis de mozzarella fraîche et de pancetta salée.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de burger toscan

Pensez Stock

Cette recette donne une touche italienne à un classique américain. Porc et du boeuf les hamburgers sont assaisonnés de basilic, d'origan et d'un mélange d'épices à l'ail, puis garnis de mozzarella fraîche et de pancetta salée.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de salade de poulet aux cèpes

Préparez cette recette savoureuse lorsque vous cherchez un repas rapide. Il utilise des herbes fraîches et une rôtissoire du commerce poulet pour un plat délicieux mais simple.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de morue en croûte d'herbes et de tomates

Pensez Stock

Une délicieuse variante du poisson traditionnel en croûte d'herbes, celui-ci manque de chapelure mais pas de saveur. Le pommes de terre créer une croûte croustillante avec une garniture au fromage et aux herbes.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de fruits d'été au vin et à la menthe

Pensez Stock

Profitez de la saison avec cet été rafraîchissant (et bien arrosé !) le dessert. Le sucre de canne à la vanille ajoute une note de saveur chaude pour contrer la menthe brillante.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de Po' Boy aux crevettes cajun

Recette de pâtes aux fruits de mer de Key West

Pensez Stock

Cet élégant Pâtes le plat rappelle les langoustines aux crevettes avec ses légères saveurs d'agrumes. C'est facile à préparer mais suffisamment sophistiqué pour la compagnie.

Cliquez ici pour voir la recette

Recette de beurre de merlot vintage

C'est un excellent beurre aux herbes, créé pour avoir une délicieuse profondeur de saveur. Ajouter une garniture au steak grillé, Saumon, ou une pomme de terre au four et laissez les saveurs se fondre.

Cliquez ici pour voir la recette


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété se battent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. Il est vrai que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant conduire à des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School à propos de l'étude Intersalt de 1988, qui dit : « Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde ».

Le truc blanc, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictif - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gourmet britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

J'ai également utilisé du sel de lave noir hawaïen, sa couleur d'encre rappelle les restes de charbon activé des volcans, et j'ai trouvé qu'il était excellent avec la viande, les fruits de mer et les fruits. Le sel rouge d'Hawaï, de couleur argile profonde, est réputé pour détoxifier et est utilisé lors des cérémonies à Hawaï. Ceux-ci sont disponibles sur naturalsaltseller.co.uk et au gramme chez Wholefoods Kensington.

Le Kala namak est un sel sulfurique de Darjeeling qui sent les œufs puants et est couramment utilisé par les marchands ambulants en Inde comme garniture de fruits exotiques tels que la mangue et l'ananas. Les chefs végétaliens l'utilisent pour donner une saveur d'œuf à des aliments comme le tofu. Les sels aromatisés tels que le sel de vanille Halen Môn demandent également un certain temps d'adaptation, mais fonctionnent bien dans les recettes contenant des coquilles Saint-Jacques, du chocolat et en pâtisserie. Le sel de truffe sur les pâtes et les œufs confère la saveur des truffes à une fraction du prix. Le sel de céleri saupoudré sur du fromage fondu sur du pain grillé est une collation britannique classique.

Une de mes recettes préférées est d'envelopper un poisson entier dans du sel gemme mélangé à du blanc d'œuf et de le cuire au four pendant 20 ou 30 minutes. Passé ce temps, plongez une pique en métal dans le corps du poisson et si elle ressort tiède, le poisson est cuit. C'est spectaculaire à table : le poisson sort de son sarcophage salé au fur et à mesure que l'on fait tomber la croûte. La méthode scelle la saveur et l'humidité tout en laissant le poisson remarquablement peu salé.

L'un des pionniers des sels gastronomiques est Mark Bitterman, dont la boutique new-yorkaise vend des blocs de sel rose de l'Himalaya taillés dans une carrière, non seulement pour s'émietter dans la nourriture, mais pour cuisiner. Vous chauffez le bloc sous le gril et y tranchez du poisson, de la viande et des légumes, où la chaleur résiduelle cuit et assaisonne légèrement. Vous pouvez également congeler les blocs et servir des desserts dessus pour "une crème pâtissière teintée de sel que vous n'oublierez pas".

Cela peut aller un peu loin pour certains d'entre nous, mais pouvez-vous imaginer la vie sans sel ? Certains aliments n'ont même pas le goût d'eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils soient légèrement salés - je pense à la bouillie. Anna Louise Batchelor, ancienne gagnante de la Golden Spurtle, déclare : « Le sel ne fait qu'améliorer le goût intrinsèque de la farine d'avoine.

Un talent pour la cuisine pourrait presque se résumer à la capacité d'assaisonner, le talent de saler. Salez-vous en cuisinant, à table, ou évitez-vous complètement le sel ?


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété luttent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. C'est le cas que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant entraîner des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School à propos de l'étude Intersalt de 1988, qui dit : « Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde ».

La substance blanche, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictive - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gastronomique britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

J'ai également utilisé du sel de lave noir hawaïen, sa couleur d'encre rappelle les restes de charbon actif des volcans, et j'ai trouvé qu'il était excellent avec la viande, les fruits de mer et les fruits. Le sel rouge d'Hawaï, de couleur argile foncée, est réputé pour détoxifier et est utilisé lors des cérémonies à Hawaï. Ceux-ci sont disponibles sur naturalsaltseller.co.uk et au gramme chez Wholefoods Kensington.

Le Kala namak est un sel sulfurique de Darjeeling qui sent les œufs puants et est couramment utilisé par les marchands ambulants en Inde comme garniture de fruits exotiques tels que la mangue et l'ananas. Les chefs végétaliens l'utilisent pour donner une saveur d'œuf à des aliments comme le tofu. Les sels aromatisés tels que le sel de vanille Halen Môn demandent également un certain temps d'adaptation, mais fonctionnent bien dans les recettes contenant des coquilles Saint-Jacques, du chocolat et en pâtisserie. Le sel de truffe sur les pâtes et les œufs confère la saveur des truffes à une fraction du prix. Le sel de céleri saupoudré sur du fromage fondu sur du pain grillé est une collation britannique classique.

Une de mes recettes préférées est d'envelopper un poisson entier dans du sel gemme mélangé à du blanc d'œuf et de le cuire au four pendant 20 ou 30 minutes. Passé ce temps, plongez une pique en métal dans le corps du poisson et si elle ressort tiède, le poisson est cuit. C'est spectaculaire à table : le poisson sort de son sarcophage salé au fur et à mesure que l'on fait tomber la croûte. La méthode scelle la saveur et l'humidité tout en laissant le poisson remarquablement peu salé.

L'un des pionniers des sels gastronomiques est Mark Bitterman, dont la boutique new-yorkaise vend des blocs de sel rose de l'Himalaya taillés dans une carrière, non seulement pour s'émietter dans la nourriture, mais pour cuisiner. Vous chauffez le bloc sous le gril et y tranchez du poisson, de la viande et des légumes, où la chaleur résiduelle cuit et assaisonne légèrement. Vous pouvez également congeler les blocs et servir des desserts dessus pour "une crème pâtissière teintée de sel que vous n'oublierez pas".

Cela peut aller un peu loin pour certains d'entre nous, mais pouvez-vous imaginer la vie sans sel ? Certains aliments n'ont même pas le goût d'eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils soient légèrement salés - je pense à la bouillie. Anna Louise Batchelor, ancienne gagnante de la Golden Spurtle, déclare : « Le sel ne fait qu'améliorer le goût intrinsèque de la farine d'avoine.

Un talent pour la cuisine pourrait presque se résumer à la capacité d'assaisonner, le talent de saler. Salez-vous en cuisinant, à table, ou évitez-vous complètement le sel ?


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété luttent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. C'est le cas que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant entraîner des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School à propos de l'étude Intersalt de 1988, qui dit : « Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde ».

La substance blanche, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictive - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gourmet britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

J'ai également utilisé du sel de lave noir hawaïen, sa couleur d'encre rappelle les restes de charbon actif des volcans, et j'ai trouvé qu'il était excellent avec la viande, les fruits de mer et les fruits. Le sel rouge d'Hawaï, de couleur argile foncée, est réputé pour détoxifier et est utilisé lors des cérémonies à Hawaï. Ceux-ci sont disponibles sur naturalsaltseller.co.uk et au gramme chez Wholefoods Kensington.

Le Kala namak est un sel sulfurique de Darjeeling qui sent les œufs puants et est couramment utilisé par les marchands ambulants en Inde comme garniture de fruits exotiques tels que la mangue et l'ananas. Les chefs végétaliens l'utilisent pour donner une saveur d'œuf à des aliments comme le tofu. Les sels aromatisés tels que le sel de vanille Halen Môn demandent également un certain temps d'adaptation, mais fonctionnent bien dans les recettes contenant des coquilles Saint-Jacques, du chocolat et en pâtisserie. Le sel de truffe sur les pâtes et les œufs confère la saveur des truffes à une fraction du prix. Le sel de céleri saupoudré sur du fromage fondu sur du pain grillé est une collation britannique classique.

Une de mes recettes préférées est d'envelopper un poisson entier dans du sel gemme mélangé à du blanc d'œuf et de le cuire au four pendant 20 ou 30 minutes. Passé ce temps, plongez une pique en métal dans le corps du poisson et si elle ressort tiède, le poisson est cuit. C'est spectaculaire à table : le poisson sort de son sarcophage salé au fur et à mesure que l'on fait tomber la croûte. La méthode scelle la saveur et l'humidité tout en laissant le poisson remarquablement peu salé.

L'un des pionniers des sels gastronomiques est Mark Bitterman, dont la boutique new-yorkaise vend des blocs de sel rose de l'Himalaya taillés dans une carrière, non seulement pour s'émietter dans la nourriture, mais pour cuisiner. Vous chauffez le bloc sous le gril et y tranchez du poisson, de la viande et des légumes, où la chaleur résiduelle cuit et assaisonne légèrement. Vous pouvez également congeler les blocs et servir des desserts dessus pour "une crème pâtissière teintée de sel que vous n'oublierez pas".

Cela peut aller un peu loin pour certains d'entre nous, mais pouvez-vous imaginer la vie sans sel ? Certains aliments n'ont même pas le goût d'eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils soient légèrement salés - je pense à la bouillie. Anna Louise Batchelor, ancienne gagnante de la Golden Spurtle, déclare : « Le sel ne fait qu'améliorer le goût intrinsèque de la farine d'avoine.

Un talent pour la cuisine pourrait presque se résumer à la capacité d'assaisonner, le talent de saler. Salez-vous en cuisinant, à table, ou évitez-vous complètement le sel ?


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété luttent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. C'est le cas que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant entraîner des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School sur l'étude Intersalt de 1988, qui dit : "Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde".

La substance blanche, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictive - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gourmet britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

J'ai également utilisé du sel de lave noir hawaïen, sa couleur d'encre rappelle les restes de charbon actif des volcans, et j'ai trouvé qu'il était excellent avec la viande, les fruits de mer et les fruits. Le sel rouge d'Hawaï, de couleur argile profonde, est réputé pour détoxifier et est utilisé lors des cérémonies à Hawaï. Ceux-ci sont disponibles sur naturalsaltseller.co.uk et au gramme chez Wholefoods Kensington.

Le Kala namak est un sel sulfurique de Darjeeling qui sent les œufs puants et est couramment utilisé par les marchands ambulants en Inde comme garniture de fruits exotiques tels que la mangue et l'ananas. Les chefs végétaliens l'utilisent pour donner une saveur d'œuf à des aliments comme le tofu. Les sels aromatisés tels que le sel de vanille Halen Môn demandent également un certain temps d'adaptation, mais fonctionnent bien dans les recettes contenant des coquilles Saint-Jacques, du chocolat et en pâtisserie. Le sel de truffe sur les pâtes et les œufs confère la saveur des truffes à une fraction du prix. Le sel de céleri saupoudré sur du fromage fondu sur du pain grillé est une collation britannique classique.

Une de mes recettes préférées est d'envelopper un poisson entier dans du sel gemme mélangé à du blanc d'œuf et de le cuire au four pendant 20 ou 30 minutes. Passé ce temps, plongez une pique en métal dans le corps du poisson et si elle ressort tiède, le poisson est cuit. C'est spectaculaire à table : le poisson sort de son sarcophage salé au fur et à mesure que l'on fait tomber la croûte. La méthode scelle la saveur et l'humidité tout en laissant le poisson remarquablement peu salé.

L'un des pionniers des sels gastronomiques est Mark Bitterman, dont la boutique new-yorkaise vend des blocs de sel rose de l'Himalaya taillés dans une carrière, non seulement pour s'émietter dans la nourriture, mais pour cuisiner. Vous chauffez le bloc sous le gril et y tranchez du poisson, de la viande et des légumes, où la chaleur résiduelle cuit et assaisonne légèrement. Vous pouvez également congeler les blocs et servir des desserts dessus pour "une crème pâtissière teintée de sel que vous n'oublierez pas".

Cela peut aller un peu loin pour certains d'entre nous, mais pouvez-vous imaginer la vie sans sel ? Certains aliments n'ont même pas le goût d'eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils soient légèrement salés - je pense à la bouillie. Anna Louise Batchelor, ancienne gagnante de la Golden Spurtle, déclare : « Le sel ne fait qu'améliorer le goût intrinsèque de la farine d'avoine.

Un talent pour la cuisine pourrait presque se résumer à la capacité d'assaisonner, le talent de saler. Salez-vous en cuisinant, à table, ou évitez-vous complètement le sel ?


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété luttent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. C'est le cas que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant entraîner des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School à propos de l'étude Intersalt de 1988, qui dit : « Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde ».

La substance blanche, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictive - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gastronomique britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

J'ai également utilisé du sel de lave noir hawaïen, sa couleur d'encre rappelle les restes de charbon actif des volcans, et j'ai trouvé qu'il était excellent avec la viande, les fruits de mer et les fruits. Le sel rouge d'Hawaï, de couleur argile foncée, est réputé pour détoxifier et est utilisé lors des cérémonies à Hawaï. Ceux-ci sont disponibles sur naturalsaltseller.co.uk et au gramme chez Wholefoods Kensington.

Le Kala namak est un sel sulfurique de Darjeeling qui sent les œufs puants et est couramment utilisé par les marchands ambulants en Inde comme garniture de fruits exotiques tels que la mangue et l'ananas. Les chefs végétaliens l'utilisent pour donner une saveur d'œuf à des aliments comme le tofu. Les sels aromatisés tels que le sel vanillé Halen Môn demandent également un certain temps d'adaptation, mais fonctionnent bien dans les recettes contenant des coquilles Saint-Jacques, du chocolat et en pâtisserie. Le sel de truffe sur les pâtes et les œufs confère la saveur des truffes à une fraction du prix. Le sel de céleri saupoudré sur du fromage fondu sur du pain grillé est une collation britannique classique.

Une de mes recettes préférées est d'envelopper un poisson entier dans du sel gemme mélangé à du blanc d'œuf et de le cuire au four pendant 20 ou 30 minutes. Passé ce temps, plongez une pique en métal dans le corps du poisson et si elle ressort tiède, le poisson est cuit. C'est spectaculaire à table : le poisson sort de son sarcophage salé au fur et à mesure que l'on fait tomber la croûte. La méthode scelle la saveur et l'humidité tout en laissant le poisson remarquablement peu salé.

L'un des pionniers des sels gastronomiques est Mark Bitterman, dont la boutique new-yorkaise vend des blocs de sel rose de l'Himalaya taillés dans une carrière, non seulement pour s'émietter dans la nourriture, mais pour cuisiner. Vous chauffez le bloc sous le gril et y tranchez du poisson, de la viande et des légumes, où la chaleur résiduelle cuit et assaisonne légèrement. Vous pouvez également congeler les blocs et servir des desserts dessus pour "une crème pâtissière teintée de sel que vous n'oublierez pas".

Cela peut aller un peu loin pour certains d'entre nous, mais pouvez-vous imaginer la vie sans sel ? Certains aliments n'ont même pas le goût d'eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils soient légèrement salés - je pense à la bouillie. Anna Louise Batchelor, ancienne gagnante de la Golden Spurtle, déclare : « Le sel ne fait qu'améliorer le goût intrinsèque de la farine d'avoine.

Un talent pour la cuisine pourrait presque se résumer à la capacité d'assaisonner, le talent de saler. Salez-vous en cuisinant, à table, ou évitez-vous complètement le sel ?


Quel sel vaut votre cuisine ?

Souvent, ces jours-ci, la culpabilité et l'anxiété luttent avec le goût et le plaisir dans nos esprits alors que nous cherchons avec hésitation le sel. La valeur du sel pour l'humanité à travers l'histoire est bien connue - le mot "salaire" dérive du sel - mais les gouvernements récents, soutenus par des professionnels de la santé et soutenus par des médias avides de gros titres, ont pris l'habitude de nous en avertir régulièrement. C'est le cas que de nombreux fabricants de produits alimentaires ont ajouté du sel en excès dans la production, par exemple, de plats préparés et de sauces, mais comme pour tant d'aliments, nous ne devrions pas avoir peur du sel, il s'agit de l'utiliser de manière responsable.

Il convient de rappeler que malgré toutes les clameurs et confusions, le sodium est un minéral essentiel (l'apport quotidien recommandé pour un adulte est de 1,6 g). Le sel de mer est également une bonne source naturelle d'iode, une carence pouvant entraîner des goitres, autrefois relativement courants (surtout chez les femmes) dans certaines parties des Alpes et certaines régions de Grande-Bretagne, d'où le nom populaire de Derbyshire Neck. Et, comme le dit l'écrivain américain Jeffrey Steingarten : « après le dîner, notre corps élimine le sel dont nous n'avons pas besoin. C'est pourquoi Dieu nous a donné des reins ». Il cite la Harvard Medical School à propos de l'étude Intersalt de 1988, qui dit : « Il semble peu probable que la consommation de sel ait une influence majeure sur le développement de l'hypertension dans la plupart des populations du monde ».

Le truc blanc, le "charlie" des condiments, n'en est pas moins addictif - je le mange parfois tout seul. Le sel fumé va être l'une des tendances alimentaires de 2011 selon un récent rapport de Waitrose, qui, notons également, a chargé Heston Blumenthal de créer plusieurs sels gastronomiques, dont la rose et la coriandre, la vanille et le fumé.

Les cuisiniers et chefs enthousiastes à domicile ont longtemps évité le sel fin que l'on trouve dans les salières grasses des cafés du pays. Les snobs du sel ne seraient pas morts en utilisant Saxa, préférant la variété de textures, de couleurs et de saveurs des sels du monde entier.

Le sel gastronomique britannique le plus connu, privilégié par Jamie Oliver, le River Cafe et Delia Smith, est le Maldon : la structure des flocons, émiettés entre les doigts, donne un choix de texture, gros ou plus petits cristaux. Je l'utilise comme sel de finition : l'ajouter sur le dessus des salades juste avant de servir, ajoute du croquant et du goût. Le chef Stephen Harris du pub gastronomique côtier The Sportsman fabrique son propre sel de mer (pdf). Nick Weston, survivaliste et auteur de The Tree House Diaries, montre comment faire de la fleur de sel, "fleur de sel", dans cet article de blog.

Au cours des dernières années, j'ai expérimenté différentes sortes de sel. Lors de mon voyage annuel en France, je rapporte du sel gris et fleur de sel de l'Ile de Ré. Le sel gris est un sel marin humide de couleur grise, avec de gros grains en forme de cubes, idéal pour une utilisation en cuisine. La fleur de sel ratissée à la main dans les marais salants a des notes de bouquet de rose et de violette, et comme la variété la plus chère est un autre type seulement saupoudré avec parcimonie comme sel de finition.

I've also used Hawaiian black lava salt, its inky colour the remnants of activated charcoal from volcanoes, and found it's great with meat, seafood and fruits. Hawaiian red salt, a deep clay colour, reputedly detoxifies and is used ceremonially in Hawaii. These are available at naturalsaltseller.co.uk and by the gram at Wholefoods Kensington.

Kala namak is a sulphuric salt from Darjeeling which smells of stinky eggs and is commonly used by street hawkers in India as a garnish for exotic fruits such as mango and pineapple. Vegan chefs employ it to lend eggy flavour to foods like tofu. Flavoured salts such as Halen Môn vanilla salt also take some getting used to, but work well in recipes containing scallops, chocolate and in baking. Truffle salt on pasta and eggs bestows the flavour of truffles at a fraction of the price celery salt dusted onto melted cheese on toast is a classic British snack.

One of my favourite recipes is to encase a whole fish in rock salt mixed with egg white and bake for 20 or 30 minutes. After this time, plunge a metal skewer into the body of the fish and if it comes out warm, the fish is cooked. This is spectacular at the table: the fish emerges from its salty sarcophagus as you knock off the crust. The method seals in flavour and moisture while leaving the fish remarkably unsalty.

One of the pioneers of gourmet salts is Mark Bitterman, whose New York shop sells quarried blocks of hewn pink Himalayan salt, not just to crumble into food, but to cook on. You heat the block under the grill, and slice fish, meat and vegetables onto it, where the residual heat cooks and lightly seasons. You can also freeze the blocks and serve desserts upon it for "a salt-tinged custard you will not forget".

This may be taking it a bit far for some of us, but can you imagine life without salt? Some foods don't even taste of themselves until lightly salted - I'm thinking of porridge. Anna Louise Batchelor, a former winner of the Golden Spurtle says: "The salt merely enhances the intrinsic taste of the oatmeal."

A talent for cooking could almost be boiled down to the ability to season, the knack of salting. Do you salt while cooking, at the table, or avoid salt altogether?


Which salt is your cooking worth?

Often these days guilt and anxiety wrestle with taste and pleasure in our minds as we hesitantly reach for the salt. The value of salt to humankind throughout history is well known - the word "salary" derives from salt - but recent governments, backed by medical professionals and given a platform by headline-hungry media, have taken to warning us off it with regularity. It is the case that many food manufacturers have added salt to excess in the production of, say, ready meals and sauces, but as with so many foods, we shouldn't be scared of salt it's a case of using it responsibly.

It's worth remembering that despite all the clamour and confusion sodium is an essential mineral (the recommended daily intake for an adult is 1.6g). Sea salt is also a good natural source of iodine, a deficiency in which can lead to goiters, once relatively common (especially among females) in parts of the Alps and certain regions of Britain, giving rise to the folk name Derbyshire Neck. And, as American food writer Jeffrey Steingarten puts it: "after dinner, our bodies eliminate the salt we don't need. That is why God gave us kidneys". He quotes the Harvard Medical School on the 1988 Intersalt study, which says: "It seems unlikely that salt intake is a major influence on the development of hypertension in most of the world's populations".

The white stuff, the "charlie" of condiments, is nonetheless addictive - I sometimes just eat it on its own. Smoked salt is going to be one of 2011's food trends according to a recent report from Waitrose, who, we should also note, have commissioned Heston Blumenthal to create several gourmet salts, including rose and coriander, vanilla, and smoked.

Enthusiastic home cooks and chefs have long eschewed the fine pouring salt to be found in greasy salt shakers in caffs the country over. Salt snobs wouldn't be seen dead using Saxa, preferring the variety of textures, colours and flavours of salts from around the world.

The most famous British gourmet salt, favoured by Jamie Oliver, the River Cafe and Delia Smith, is Maldon: the structure of the flakes, crumbled between the fingers, gives a choice of texture, large crystals or smaller. I use it as a finishing salt: adding it to the top of salads just before serving, adds crunch as well as taste. Chef Stephen Harris of coastal gastropub The Sportsman makes his own sea salt (pdf). Nick Weston, survivalist and author of The Tree House Diaries, shows how to make fleur de sel, "flower of salt", in this blogpost.

Over the last few years I have been experimenting with different kinds of salt. On my annual trip to France, I bring back sel gris and fleur de sel from the Ile de Ré. Sel gris is a moist grey-coloured sea salt, with large cube-like grains, ideal for use in cooking. Fleur de sel raked by hand from the salt pans has bouquet hints of rose and violet, and as the most expensive variety is another type only sprinkled sparingly as a finishing salt.

I've also used Hawaiian black lava salt, its inky colour the remnants of activated charcoal from volcanoes, and found it's great with meat, seafood and fruits. Hawaiian red salt, a deep clay colour, reputedly detoxifies and is used ceremonially in Hawaii. These are available at naturalsaltseller.co.uk and by the gram at Wholefoods Kensington.

Kala namak is a sulphuric salt from Darjeeling which smells of stinky eggs and is commonly used by street hawkers in India as a garnish for exotic fruits such as mango and pineapple. Vegan chefs employ it to lend eggy flavour to foods like tofu. Flavoured salts such as Halen Môn vanilla salt also take some getting used to, but work well in recipes containing scallops, chocolate and in baking. Truffle salt on pasta and eggs bestows the flavour of truffles at a fraction of the price celery salt dusted onto melted cheese on toast is a classic British snack.

One of my favourite recipes is to encase a whole fish in rock salt mixed with egg white and bake for 20 or 30 minutes. After this time, plunge a metal skewer into the body of the fish and if it comes out warm, the fish is cooked. This is spectacular at the table: the fish emerges from its salty sarcophagus as you knock off the crust. The method seals in flavour and moisture while leaving the fish remarkably unsalty.

One of the pioneers of gourmet salts is Mark Bitterman, whose New York shop sells quarried blocks of hewn pink Himalayan salt, not just to crumble into food, but to cook on. You heat the block under the grill, and slice fish, meat and vegetables onto it, where the residual heat cooks and lightly seasons. You can also freeze the blocks and serve desserts upon it for "a salt-tinged custard you will not forget".

This may be taking it a bit far for some of us, but can you imagine life without salt? Some foods don't even taste of themselves until lightly salted - I'm thinking of porridge. Anna Louise Batchelor, a former winner of the Golden Spurtle says: "The salt merely enhances the intrinsic taste of the oatmeal."

A talent for cooking could almost be boiled down to the ability to season, the knack of salting. Do you salt while cooking, at the table, or avoid salt altogether?


Which salt is your cooking worth?

Often these days guilt and anxiety wrestle with taste and pleasure in our minds as we hesitantly reach for the salt. The value of salt to humankind throughout history is well known - the word "salary" derives from salt - but recent governments, backed by medical professionals and given a platform by headline-hungry media, have taken to warning us off it with regularity. It is the case that many food manufacturers have added salt to excess in the production of, say, ready meals and sauces, but as with so many foods, we shouldn't be scared of salt it's a case of using it responsibly.

It's worth remembering that despite all the clamour and confusion sodium is an essential mineral (the recommended daily intake for an adult is 1.6g). Sea salt is also a good natural source of iodine, a deficiency in which can lead to goiters, once relatively common (especially among females) in parts of the Alps and certain regions of Britain, giving rise to the folk name Derbyshire Neck. And, as American food writer Jeffrey Steingarten puts it: "after dinner, our bodies eliminate the salt we don't need. That is why God gave us kidneys". He quotes the Harvard Medical School on the 1988 Intersalt study, which says: "It seems unlikely that salt intake is a major influence on the development of hypertension in most of the world's populations".

The white stuff, the "charlie" of condiments, is nonetheless addictive - I sometimes just eat it on its own. Smoked salt is going to be one of 2011's food trends according to a recent report from Waitrose, who, we should also note, have commissioned Heston Blumenthal to create several gourmet salts, including rose and coriander, vanilla, and smoked.

Enthusiastic home cooks and chefs have long eschewed the fine pouring salt to be found in greasy salt shakers in caffs the country over. Salt snobs wouldn't be seen dead using Saxa, preferring the variety of textures, colours and flavours of salts from around the world.

The most famous British gourmet salt, favoured by Jamie Oliver, the River Cafe and Delia Smith, is Maldon: the structure of the flakes, crumbled between the fingers, gives a choice of texture, large crystals or smaller. I use it as a finishing salt: adding it to the top of salads just before serving, adds crunch as well as taste. Chef Stephen Harris of coastal gastropub The Sportsman makes his own sea salt (pdf). Nick Weston, survivalist and author of The Tree House Diaries, shows how to make fleur de sel, "flower of salt", in this blogpost.

Over the last few years I have been experimenting with different kinds of salt. On my annual trip to France, I bring back sel gris and fleur de sel from the Ile de Ré. Sel gris is a moist grey-coloured sea salt, with large cube-like grains, ideal for use in cooking. Fleur de sel raked by hand from the salt pans has bouquet hints of rose and violet, and as the most expensive variety is another type only sprinkled sparingly as a finishing salt.

I've also used Hawaiian black lava salt, its inky colour the remnants of activated charcoal from volcanoes, and found it's great with meat, seafood and fruits. Hawaiian red salt, a deep clay colour, reputedly detoxifies and is used ceremonially in Hawaii. These are available at naturalsaltseller.co.uk and by the gram at Wholefoods Kensington.

Kala namak is a sulphuric salt from Darjeeling which smells of stinky eggs and is commonly used by street hawkers in India as a garnish for exotic fruits such as mango and pineapple. Vegan chefs employ it to lend eggy flavour to foods like tofu. Flavoured salts such as Halen Môn vanilla salt also take some getting used to, but work well in recipes containing scallops, chocolate and in baking. Truffle salt on pasta and eggs bestows the flavour of truffles at a fraction of the price celery salt dusted onto melted cheese on toast is a classic British snack.

One of my favourite recipes is to encase a whole fish in rock salt mixed with egg white and bake for 20 or 30 minutes. After this time, plunge a metal skewer into the body of the fish and if it comes out warm, the fish is cooked. This is spectacular at the table: the fish emerges from its salty sarcophagus as you knock off the crust. The method seals in flavour and moisture while leaving the fish remarkably unsalty.

One of the pioneers of gourmet salts is Mark Bitterman, whose New York shop sells quarried blocks of hewn pink Himalayan salt, not just to crumble into food, but to cook on. You heat the block under the grill, and slice fish, meat and vegetables onto it, where the residual heat cooks and lightly seasons. You can also freeze the blocks and serve desserts upon it for "a salt-tinged custard you will not forget".

This may be taking it a bit far for some of us, but can you imagine life without salt? Some foods don't even taste of themselves until lightly salted - I'm thinking of porridge. Anna Louise Batchelor, a former winner of the Golden Spurtle says: "The salt merely enhances the intrinsic taste of the oatmeal."

A talent for cooking could almost be boiled down to the ability to season, the knack of salting. Do you salt while cooking, at the table, or avoid salt altogether?


Which salt is your cooking worth?

Often these days guilt and anxiety wrestle with taste and pleasure in our minds as we hesitantly reach for the salt. The value of salt to humankind throughout history is well known - the word "salary" derives from salt - but recent governments, backed by medical professionals and given a platform by headline-hungry media, have taken to warning us off it with regularity. It is the case that many food manufacturers have added salt to excess in the production of, say, ready meals and sauces, but as with so many foods, we shouldn't be scared of salt it's a case of using it responsibly.

It's worth remembering that despite all the clamour and confusion sodium is an essential mineral (the recommended daily intake for an adult is 1.6g). Sea salt is also a good natural source of iodine, a deficiency in which can lead to goiters, once relatively common (especially among females) in parts of the Alps and certain regions of Britain, giving rise to the folk name Derbyshire Neck. And, as American food writer Jeffrey Steingarten puts it: "after dinner, our bodies eliminate the salt we don't need. That is why God gave us kidneys". He quotes the Harvard Medical School on the 1988 Intersalt study, which says: "It seems unlikely that salt intake is a major influence on the development of hypertension in most of the world's populations".

The white stuff, the "charlie" of condiments, is nonetheless addictive - I sometimes just eat it on its own. Smoked salt is going to be one of 2011's food trends according to a recent report from Waitrose, who, we should also note, have commissioned Heston Blumenthal to create several gourmet salts, including rose and coriander, vanilla, and smoked.

Enthusiastic home cooks and chefs have long eschewed the fine pouring salt to be found in greasy salt shakers in caffs the country over. Salt snobs wouldn't be seen dead using Saxa, preferring the variety of textures, colours and flavours of salts from around the world.

The most famous British gourmet salt, favoured by Jamie Oliver, the River Cafe and Delia Smith, is Maldon: the structure of the flakes, crumbled between the fingers, gives a choice of texture, large crystals or smaller. I use it as a finishing salt: adding it to the top of salads just before serving, adds crunch as well as taste. Chef Stephen Harris of coastal gastropub The Sportsman makes his own sea salt (pdf). Nick Weston, survivalist and author of The Tree House Diaries, shows how to make fleur de sel, "flower of salt", in this blogpost.

Over the last few years I have been experimenting with different kinds of salt. On my annual trip to France, I bring back sel gris and fleur de sel from the Ile de Ré. Sel gris is a moist grey-coloured sea salt, with large cube-like grains, ideal for use in cooking. Fleur de sel raked by hand from the salt pans has bouquet hints of rose and violet, and as the most expensive variety is another type only sprinkled sparingly as a finishing salt.

I've also used Hawaiian black lava salt, its inky colour the remnants of activated charcoal from volcanoes, and found it's great with meat, seafood and fruits. Hawaiian red salt, a deep clay colour, reputedly detoxifies and is used ceremonially in Hawaii. These are available at naturalsaltseller.co.uk and by the gram at Wholefoods Kensington.

Kala namak is a sulphuric salt from Darjeeling which smells of stinky eggs and is commonly used by street hawkers in India as a garnish for exotic fruits such as mango and pineapple. Vegan chefs employ it to lend eggy flavour to foods like tofu. Flavoured salts such as Halen Môn vanilla salt also take some getting used to, but work well in recipes containing scallops, chocolate and in baking. Truffle salt on pasta and eggs bestows the flavour of truffles at a fraction of the price celery salt dusted onto melted cheese on toast is a classic British snack.

One of my favourite recipes is to encase a whole fish in rock salt mixed with egg white and bake for 20 or 30 minutes. After this time, plunge a metal skewer into the body of the fish and if it comes out warm, the fish is cooked. This is spectacular at the table: the fish emerges from its salty sarcophagus as you knock off the crust. The method seals in flavour and moisture while leaving the fish remarkably unsalty.

One of the pioneers of gourmet salts is Mark Bitterman, whose New York shop sells quarried blocks of hewn pink Himalayan salt, not just to crumble into food, but to cook on. You heat the block under the grill, and slice fish, meat and vegetables onto it, where the residual heat cooks and lightly seasons. You can also freeze the blocks and serve desserts upon it for "a salt-tinged custard you will not forget".

This may be taking it a bit far for some of us, but can you imagine life without salt? Some foods don't even taste of themselves until lightly salted - I'm thinking of porridge. Anna Louise Batchelor, a former winner of the Golden Spurtle says: "The salt merely enhances the intrinsic taste of the oatmeal."

A talent for cooking could almost be boiled down to the ability to season, the knack of salting. Do you salt while cooking, at the table, or avoid salt altogether?


Which salt is your cooking worth?

Often these days guilt and anxiety wrestle with taste and pleasure in our minds as we hesitantly reach for the salt. The value of salt to humankind throughout history is well known - the word "salary" derives from salt - but recent governments, backed by medical professionals and given a platform by headline-hungry media, have taken to warning us off it with regularity. It is the case that many food manufacturers have added salt to excess in the production of, say, ready meals and sauces, but as with so many foods, we shouldn't be scared of salt it's a case of using it responsibly.

It's worth remembering that despite all the clamour and confusion sodium is an essential mineral (the recommended daily intake for an adult is 1.6g). Sea salt is also a good natural source of iodine, a deficiency in which can lead to goiters, once relatively common (especially among females) in parts of the Alps and certain regions of Britain, giving rise to the folk name Derbyshire Neck. And, as American food writer Jeffrey Steingarten puts it: "after dinner, our bodies eliminate the salt we don't need. That is why God gave us kidneys". He quotes the Harvard Medical School on the 1988 Intersalt study, which says: "It seems unlikely that salt intake is a major influence on the development of hypertension in most of the world's populations".

The white stuff, the "charlie" of condiments, is nonetheless addictive - I sometimes just eat it on its own. Smoked salt is going to be one of 2011's food trends according to a recent report from Waitrose, who, we should also note, have commissioned Heston Blumenthal to create several gourmet salts, including rose and coriander, vanilla, and smoked.

Enthusiastic home cooks and chefs have long eschewed the fine pouring salt to be found in greasy salt shakers in caffs the country over. Salt snobs wouldn't be seen dead using Saxa, preferring the variety of textures, colours and flavours of salts from around the world.

The most famous British gourmet salt, favoured by Jamie Oliver, the River Cafe and Delia Smith, is Maldon: the structure of the flakes, crumbled between the fingers, gives a choice of texture, large crystals or smaller. I use it as a finishing salt: adding it to the top of salads just before serving, adds crunch as well as taste. Chef Stephen Harris of coastal gastropub The Sportsman makes his own sea salt (pdf). Nick Weston, survivalist and author of The Tree House Diaries, shows how to make fleur de sel, "flower of salt", in this blogpost.

Over the last few years I have been experimenting with different kinds of salt. On my annual trip to France, I bring back sel gris and fleur de sel from the Ile de Ré. Sel gris is a moist grey-coloured sea salt, with large cube-like grains, ideal for use in cooking. Fleur de sel raked by hand from the salt pans has bouquet hints of rose and violet, and as the most expensive variety is another type only sprinkled sparingly as a finishing salt.

I've also used Hawaiian black lava salt, its inky colour the remnants of activated charcoal from volcanoes, and found it's great with meat, seafood and fruits. Hawaiian red salt, a deep clay colour, reputedly detoxifies and is used ceremonially in Hawaii. These are available at naturalsaltseller.co.uk and by the gram at Wholefoods Kensington.

Kala namak is a sulphuric salt from Darjeeling which smells of stinky eggs and is commonly used by street hawkers in India as a garnish for exotic fruits such as mango and pineapple. Vegan chefs employ it to lend eggy flavour to foods like tofu. Flavoured salts such as Halen Môn vanilla salt also take some getting used to, but work well in recipes containing scallops, chocolate and in baking. Truffle salt on pasta and eggs bestows the flavour of truffles at a fraction of the price celery salt dusted onto melted cheese on toast is a classic British snack.

One of my favourite recipes is to encase a whole fish in rock salt mixed with egg white and bake for 20 or 30 minutes. After this time, plunge a metal skewer into the body of the fish and if it comes out warm, the fish is cooked. This is spectacular at the table: the fish emerges from its salty sarcophagus as you knock off the crust. The method seals in flavour and moisture while leaving the fish remarkably unsalty.

One of the pioneers of gourmet salts is Mark Bitterman, whose New York shop sells quarried blocks of hewn pink Himalayan salt, not just to crumble into food, but to cook on. You heat the block under the grill, and slice fish, meat and vegetables onto it, where the residual heat cooks and lightly seasons. You can also freeze the blocks and serve desserts upon it for "a salt-tinged custard you will not forget".

This may be taking it a bit far for some of us, but can you imagine life without salt? Some foods don't even taste of themselves until lightly salted - I'm thinking of porridge. Anna Louise Batchelor, a former winner of the Golden Spurtle says: "The salt merely enhances the intrinsic taste of the oatmeal."

A talent for cooking could almost be boiled down to the ability to season, the knack of salting. Do you salt while cooking, at the table, or avoid salt altogether?


Voir la vidéo: SELLE KANA RETSEPT JUHTAB KÜLALISI HÕLMATULT! SUB ENG, FR, ESP, IT, 中文


Commentaires:

  1. Frederik

    Je pense que vous arriverez à la bonne décision. Ne désespérez pas.

  2. Akiba

    Bravo, quelle phrase nécessaire ..., une magnifique idée



Écrire un message